voir articles originaux copiés dans webarchivesici:

Tahira ou le blog d'artiste de Tah : Ainsi vont mes jours... | Accueil

 

pour la récapitulation la voilà en images:

 

Promenades architecturales girondines-album

 

Diaporama

 

et pour l'article:

Non ce n'est pas un (ou des) filtre (s) de mon appareil photo super basique et ancien, je retouche chacune des photos "à la main", avec ma souris, puis avec des filtres personnels (pas de photoshop non plus!) , combinés, superposés, pour leur donner le caractère ou l'atmosphère que je souhaite pour chacune d'elles, parfois plusieurs heures sont nécessaires pour une seule d'entre elles, avec corrections multiples et successives (perspective, couleur, assemblage ou mixage de plusieurs clichés par exemple), ce sont toutes des créations personnelles à partir de clichés.
Ce que je préfère c'est utiliser un cliché totalement raté (en particulier les clichés "noirs" =  très sous exposés), et/ou non publiable sur le web pour diverses raisons, je conserve ses lignes de force pour recréer une image à ma façon.

 

Cet entrepôt  XIX ième était follement désuet, une réminiscence de ceux entrevus dans mon enfance.

Le cliché était noir, on n'y distinguait rien.

Le sujet présentait pour nous un intérêt certain, renforcé par la présence de la croix scoute!

L'atmosphère est de celle que j'ai pu rencontrer enfant, dans les faubourgs, mystère, il, pourraît se passer des affaires louches, après une certaine heure, dans la nuit...


Ce qui me plait aussi, c'est recréer une atmosphère vue, perçue à l'oeil, à mon oeil, très particulier, et que mon appareil photo ne peut en aucun cas produire (photos très décevantes quant à leur piqué, leurs couleurs, leur exposition, leur contexte), je me place en "peintre" ou en sketcher et je fais avec ma souris ce que j'aurais fait avec mon pinceau ou mes crayons, pour redonner ce que j'ai perçu à l'instant "t" où j'avais pris le cliché.

 

 

Ce bâtiment me fait penser à ceux de mon pays d'origine, le rendu particulier tient compte de ces souvenirs anciens éblouis.

Le contexte du cliché était fort différent: coucher de soleil orangé sombre sur des murs déjà entachés, impossibilité d'avoir tout le bâtiment, cette image est une recomposition à partir de deux clichés.

A comparer avec des photos de ces lieux (sur Google par exemple), l'image que j'ai réalisée magnifie le bâtiment et son concepteur, dévoile (peut-être) ses intentions et son inspiration.

Ai-je trahi la réalité? je ne pense pas, la réalité, c'est la forte impression que j'ai reçue en admirant ces bâtiments, mes photos n'en rendaient pas compte du tout.


Souvent, lorsque je prends une photo, je me dis: "je vais en faire ..."

mais je n'ai pas le temps de les reprendre toutes, il faut que j'aie un "coup de coeur" lorsque je les visionne sur l'écran de l'ordi.

 

Donc coup de coeur, au moment où j'ai visionné les photos, pour le bâtiment ci-dessus qui, lui aussi, me fait penser à ceux de mon pays d'origine

 

 

avec un ptit taxi jaune devant?

Etonant , de nuit, sous l'éclairage public, et compte tenu de sa masse sombre, surtout dans sa partie inférieure, cette résidence imposante et originale, utilisant la structure d'entrepots restructurés, n'avait pas retenu dans le bon sens toute mon attention!


 

Mes préférées?

Celles qui m'en ont fait baver le plus!

(non le ciel c'est pas ça, je dois refaire la perspective, je dois reconstituer toute une partie de bâtiment)

 

 

En arrivant à pied en ce lieu, j'ai "compris" enfin le sens du bâtiment: un cargo! tous embarqués dans le même voyage.

La photo était sur et sous exposée, le "cargo" était une grosse masse noire, le ciel blanc, ainsi que la partie droite de l'image

je voulais un cargo au petit matin, qui émerge des brumes

et j'ai galéré pour que cela reste sensible sur un petit format, comme ceux que je mets sur le web.

 


J'ai eu énormément de mal avec les photos de la maison dite du "Prince Noir", aperçue de jour, entre les assauts d'un feuillage luxuriant, qui la dissimule presque complètement aux yeux du public. Les photos, prises de loin dans l'espoir d'obtenir un recul, de nuit noire, sans effet de flash successifs et pause dit "photo de nuit", au "ptit bonheur", vu que l'on a rès peu d'échappées pour saisir le bâtiment et son caractère, et que le petit écran de contrôle ne percevait pas d'intensité lumineuse assez forte pour être efficace et me guider.

c'était un défi!

 

 

Oui c'était la nuit noire et je ne savais pas si j'avais saisi dans l'objectif le sujet de ma photo, et ce que j'obtiendrais (cadrage, visibilité du bâtiment, intérêt architectural...)

J'ai opté ici pour un rendu fauviste.

 

 

Pour celle-ci, j'ai voulu obtenir un effet de falaise, terriblement romantique et peut-être oppressant..

Je me suis imaginée dans la peau d'une des soeurs Bronte!


 

la "Médoquine" aussi était intéressante, elle n'entrait pas du tout dans mon objectif qui n'est surtout pas "grand angle"!

A ma connaissance, il n'y a pas de photo, sur le web, de la Médoquine qui représente cet ensemble architectural sous cet angle et dans sa totalité, telle que je l'ai représentée pour la section "patrimoine" du site que j'administre. Pas davantage dans Google earth, où l'on n'obtient sous cet angle de vue, qu'une projection basique modélisée de ce grand ensemble, peu fidèle à la réalité des couleurs et des matières.

 

 Pour rendre compte des lignes de construction, je n'ai pas redonné l'intensité cuivrée qui m'avait séduite à cette heure et sous cet angle

mon choix privilégie la ligne et la forme au détriment de l'éclairage et de la couleur, pour rendre l'art et le propos de l'architecte plus lisible.

Tant pis pour la coloriste que je suis!

Personne ne pourrait prendre une photo réelle qui donne cette perspective et cet effet.

 C'est presque plus vrai que nature!


J'ai réalisé une autre image, plus onirique de cette Médoquine, en utilisant les mêmes éléments, dans laquelle la façade la plus longue part à l'assaut du ciel. J'ai également recomposé une perspective un poil plus "serrée", plus saisissante.

Là, je me sens dans une autre dimension! (celle de la BD?)

 

 


Là, c'est la voie ferrée, sombre dans le noir,  il faut l'avouer, on n'y voyait strictement plus rien sur le cliché!

et pourtant, par amour du rail...