Avant que Djam (reparti au boulot) ne voie les derniers épisodes, je vais de ce pas répondre à la question qui lui brûlerait certainement les lèvres ou le clavier lorsqu'il reviendra lire la suite

Hazzel n'écrit plus "en clair" sur son journal, depuis le 2 mars, elle utilise une autre politique, pour gagner du temps, du temps envers elle-même, et pour brouiller le sale "boulot" de ses petites copines de cellule dont elle a mis à jour la véritable nature.

 Retour en arrière:

Après avoir accompli ses "classes" sur  le voilier Serena, navire école, au cours d'un long stage en mer, Hazzel a travaillé pendant environ 5 années en tant que chef cuisinier sur plusieurs affectations, ensuite, on lui a confié, dans un corps différent,  un poste aux transmissions, en gravissant les échelons, elle est arrivée à un poste envié de commandement, convoité par ses collègues. A son retour de mission "manquée" par son refus, elle est placée à un poste subalterne où elle parfait (si c'était encore possible et nécessaire) sa connaissance du cryptage. Un goût qu'elle a conservé de ses nombreuses jeunes années passées au sein de troupes d'explorateurs de la nature et des terrains.
 

Elle a décidé de faire en sorte qu'on ne puisse plus lire facilement par dessus son épaule justement, mais qu'elle puisse se relire, elle, assez rapidement. Evidemment, elle change de "codage" chaque jour, ce qui rend la lecture encore plus difficile pour l'entourage, ce sont uniquement de petits passages qu'elle consigne sur son "grimoire", ceux qu'elle veut soustraire aux autres détenus et matons, voire autorités supérieures..

Elle a intitulé son nouveau cahier: "grimoire" pour parfaire son effet.

Par ailleurs, elle poursuit un journal plus ou moins neutre, en clair, elle trouve que ça vaut mieux tout de même.

 

Petit exemple?

Volontiers:

 

 

Où est l'artifice?

Pour l'instant, pas dans le feu!

mais dans le fait que le lecteur peut, lui, accéder au texte crypté (sans avoir besoin de le décrypter) comme au texte en clair des journaux de Hazzel.

 

-----------------------------------------------

Il est bien évident que ce roman est une fiction, dont le cadre n'est aucunement défini ou fixé, même si des lieux sont cités, et dont les évènements ou personnages ne sauraient avoir de rapport avec une réalité quelconque vécue actuellement ou par le passé.