Et puis, j'arrêterai

comme une coureuse hors d'haleine

parce que les meilleures choses ont une faim qui ne se peut rassasier

 

les mots resteront dans ma poitrine comme sanglots prêts à imploser

 

il y a tant de lieux où le verbe est si sexe

et frissons

à grand renfort de foutre, de sueur et de gland

 

non je ne serai plus d'aucune course

 

mon ptit air de comptine

je le chanterai dans la Grande Ourse

 

rien que pour toi

rien que pour moi

 

si tu sais écouter

p't-être tu entendras

 

je meurs de tous ces mots dont je ne serai jamais capable

que d'autres agitent comme oripeaux aux vents

parce que c'est "dans l'air du temps"

 

je suis seule

et seule je danse

où es-tu?

 

te perdrais-tu pour me retrouver?

te cacherais-tu pour que je t'oublie?

 

tu n'es jamais à plus d'un jet d'encre de moi

et je m'envole de la seule plume que tu m'as laissée  pour te parapher

 

Hazzel (journal de prison)

 

 

KNTHMH