voir copie article original dans webarchives:

Tahira ou le blog d'artiste de Tah : Ainsi vont mes jours... | Accueil

 

 

Conviés, mon mari et moi, à une master class de chant (en observateurs et reporters)

je me repenche sur certaines notions

 

1) Qu'est-ce qu'une master class de chant?

2) Terminologie au sujet de voix et registres

 

le résultat:

MASTER CLASS

Une classe de maître (master class en anglais) est un cours d'interprétation donné à un étudiant par un expert de la discipline. Le terme est principalement employé dans le domaine des arts, et en particulier la musique.
La différence entre une classe de maître et un cours ordinaire réside dans l'organisation. Dans une classe de maître, tous les étudiants (et souvent des spectateurs) écoutent et observent alors que l'expert s'occupe d'un étudiant à la fois. Celui-ci, de niveau au moins intermédiaire sinon avancé, joue généralement un seul morceau sur lequel il a été préparé, et l'expert lui donnera des conseils pour mieux l'interpréter, ce qui comprend souvent des anecdotes à propos du compositeur, des démonstrations sur certains passages, et des commentaires sur les erreurs fréquentes.


VOIX DE POITRINE

Dans le chant, la voix de poitrine — ou registre de poitrine, ou registre lourd — désigne le type d'émission vocale le plus habituel, obtenu par la contraction normale des cordes vocales et visant à produire un son plein. (voix de poitrine, voix modale, voix de ventre, mécanisme lourd)
La technique opposée est appelée fausset, falsetto, ou encore, voix de tête. La technique intermédiaire est appelée voix mixte. Chacune de ces différentes techniques constitue un registre. Selon le type de musique, selon l'époque et le groupe social concerné, ce sera tel ou tel registre qui sera cultivé plutôt que tel autre.

Les voix de femmes et d'enfants

Les sopranos, les mezzo-sopranos et les contraltos, utilisent peu le registre de poitrine, le type d'émission le plus habituel de ces catégories vocales étant le registre de tête. Cependant, dans le grave de la tessiture, les cantatrices peuvent être amenées à utiliser les sons dits « de poitrine ».

Les voix d'hommes

La plupart des ténors, les barytons et les basses, utilisent presque exclusivement le registre de poitrine. Cependant :
 -   les contreténors chantent en voix de fausset — essentiellement dans la musique de la Renaissance, ou encore, dans le répertoire anglo-saxon de la période baroque
 -    la voix mixte est utilisée par certains ténors légers, notamment par les hautes-contre, par exemple, dans le répertoire français de la période baroque.
 

Bien chanter:
« La cage thoracique doit être ouverte, les épaules rejetées en arrière et la colonne vertébrale bien droite. »Mais par-dessus tout, comme un entraînement sportif, le chant « exige un bon tonus musculaire et nous oblige à améliorer notre hygiène de vie — bien manger, faire de l'exercice, éviter le tabac, les excès d'alcool — pour faire des progrès et les maintenir » car si l'on ne s'exerce pas, il est possible de perdre tout ce qui a été appris, comme dans un sport, et d'être davantage essoufflé que lorsqu'on a arrêté de pratiquer cette discipline.


Transposition d'ambitus:
En musique classique (à l'exception de la mélodie), la transposition est généralement peu appréciée, que ce soit par les critiques ou par un public averti, car elle dénote généralement l'inadéquation de l'interprète avec l'œuvre, la partie ou le rôle.


FAUSSET ou VOIX DE TÊTE
Le fausset —ou voix de tête ou voix de fausset, ou falsetto, en italien — est une technique vocale utilisant le registre le plus aigu (mise à part la voix de sifflet) — parfois appelé registre de tête, ou registre léger — obtenu en empêchant la contraction normale des cordes vocales. Le terme est surtout appliqué aux chanteurs de sexe masculin, ceci afin de bien distinguer ce type d’émission de voix de la technique opposée, plus habituelle, utilisant la voix de poitrine — ou registre de poitrine —, souvent considérée comme plus naturelle. La voix de fausset est peu puissante, et d’un timbre particulier : son ambitus, relativement court, se rapproche de celui du contralto féminin.

La voix de sifflet (mécanisme III) est le registre le plus élevé de la voix humaine, se situant au-dessus de la voix de fausset. Dans le registre classique, elle a été utilisée par quelques cantatrices comme Mado Robin ou Natalie Dessay.

En musique classique, le chanteur utilisant sa voix de fausset est appelé contreténor ou falsettiste. Cette typologie vocale a longtemps été utilisée, dans la musique profane aussi bien que sacrée, du Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle.

    À la naissance du « bel canto » — au début du XVIIe siècle —, les falsettistes ont progressivement été concurrencés par les hautes-contre, les ténors et surtout, les castrats, puis ont fini par disparaître à la période classique.

    Au cours du XIXe siècle, la technique sera presque complètement délaissée, à l’exception toutefois des emplois comiques masculins du théâtre — ténor bouffe et basse bouffe — qui utiliseront parfois le falsetto — exclusivement dans le but d’accentuer le caractère grotesque des personnages qu’ils incarnent, mais jamais comme technique à part entière.

    Après une éclipse de presque deux cents ans, cette technique vocale a été remise à l’honneur par Alfred Deller au milieu du XXe siècle, à l’occasion de la redécouverte du répertoire dit « ancien », c’est-à-dire, celui couvrant la musique médiévale, la musique de la Renaissance et la musique baroque.

YODEL

 Technique vocale des montagnes de Suisse et du Tyrol, dont la principale caractéristique est d’utiliser en alternance la voix de fausset et la voix de poitrine, consiste en une succession rapide d’intervalles vocalisés mettant en valeur le passage entre les deux registres.

VOIX MIXTE

La voix mixte — ou registre mixte — désigne une technique vocale permettant sur une certaine étendue, d'unir la voix de poitrine à la voix de tête. L'utilisation de la voix mixte évite de faire entendre la rupture entre ces deux registres — rupture appelée passaggio. La voix mixte n'est pas à proprement parler un mode vibratoire distinct. Il s'agit d'un registre de poitrine ou de tête, "coloré" pour ressembler à l'autre mode vibratoire.

VOIX CRAQUEE ou FRY

(Comme le coassement des grenouilles)

En linguistique, la voix craquée ou laryngalisation (en anglais : creaky voice ou vocal fry) est un type particulier de phonation dans lequel les cartilages aryténoïdes dans le larynx sont resserrés, ce qui a pour effet de comprimer assez fortement les cordes vocales, qui deviennent relativement relâchées et compactes. Elles vibrent irrégulièrement entre 20 et 50 impulsions à la seconde, environ deux octaves au-dessous de la fréquence normale de la voix, et le passage de l'air à travers la glotte est très lent ; on peut entendre les vibrations individuelles. Toutefois, bien que la voix craquée puisse se manifester avec une tonalité très basse, comme à la fin d'une longue unité prosodique, elle peut aussi être constatée à n'importe quelle hauteur de voix.


BELTING

A utiliser tout en douceur, sous surveillance de profs expérimentés.
Nécessite une coordination musculaire utilisée difficilement par les chanteurs de formation classique où le muscle thyro-aryténoïdien est dominant (par opposition aux voix de tête où le muscle cricothyroïdien est dominant)

TWANG

Twang is an old onomatopoeia for the sound of a vibrating bow string after the arrow is released - by extension it applies to the similar vibration produced when the string of a musical instrument is plucked, and similar sounds.
"Resserrement d'une partie précise, au-dessus du larynx", "contraction du sphincter ayépiglottique", "imiter un canard, un rire de sorcière, une vache, un chat à moto, une poule"...

ça resserre une certaine zone dans la gorge, mais ça ne "compresse" pas le son pour autant, ça développe au contraire certaines harmoniques et augmente considérablement la résonance de n'importe quel son. Une fois maîtrisé, cela permet d'avoir plus de volume sans fournir plus d'effort dans les cordes vocales, cela donne au contraire une sensation d'aisance assez déconcertante au début.
Beaucoup de gens associent à tort le twang et la nasalité, alors qu'il n'y a aucun rapport physiologique entre les deux. On les confond d'une part parce que d'un point de vue acoustique, le résultat se ressemble un petit peu, d'autre part peut-être parce que quand on cherche le twang au début, on le trouve plus facilement dans le nez (en abaissant le voile du palais).
Le twang apporte de la résonance et du volume qui peuvent permettre de réduire l'effort dans les cordes vocales. Cependant, il me semble qu'il ne faut pas confondre "forcer sur les cordes", par exemple en envoyant trop d'air, et la constriction des fausses cordes vocales, il n'y a pas forcément de rapport entre les deux. Il peut y avoir de la constriction sur des configurations très fines, avec ou sans twang.